rimer


rimer

rimer [ rime ] v. <conjug. : 1>
• v. 1120 ; frq. °riman, de °rim « série, nombre »
1 V. intr. Faire des vers; trouver des rimes (plus ou moins bonnes) (souvent péj.). rimailler; rimeur. « L'art dangereux de rimer et d'écrire » (Boileau). « rimer [...] est devenu par un étrange coup du sort, le contraire de la poésie » (Aragon).
2(1530) Constituer une rime, avoir des finales identiques. Un mot qui rime à (vx), avec un autre. « un couplet patriotique au cours duquel frusques rimait avec Étrusques » (Queneau). Loc. (1780) Cela ne rime à rien : cela n'a aucun sens. ⇒ correspondre, signifier. « Voyons, Pierre, à quoi cela rime-t-il de se mettre dans un état pareil, tu n'es pourtant pas un enfant » (Maupassant).
Fig. Équivaloir à, aller de pair. Vacances rime avec soleil.
3 V. tr. (1170) Mettre en vers. Rimer une chanson. P. p. adj. Pourvu de rimes. Poésie rimée ou assonancée. aussi bout-rimé.

rimer verbe intransitif (de rime) Littéraire. Composer des vers, des poésies. ● rimer (citations) verbe intransitif (de rime) Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux Paris 1636-Paris 1711 Il se tue à rimer, que n'écrit-il en prose ? Satires rimer (homonymes) verbe intransitif (de rime)rimer (synonymes) verbe intransitif (de rime) Littéraire. Composer des vers, des poésies.
Synonymes :
rimer verbe transitif indirect Avoir des finales qui forment une rime : « Pomme » rime avec « homme ». Aller ensemble, s'accorder : Pouvoir rime souvent avec dictature. Familier. Correspondre à quelque chose, y ajouter quelque chose : Des discordes qui ne riment à rien.rimer verbe transitif Mettre un texte en vers : Parolier qui rime des chansons.rimer (homonymes) verbe transitif indirectrimer (homonymes) verbe transitif

rimer
v.
rI./r v. intr.
d1./d Constituer une rime. Ces deux mots ne riment pas.
|| Fig. Cela ne rime à rien: cela est dépourvu de sens, de raison.
d2./d Employer des rimes; faire des vers.
rII./r v. tr. Mettre en vers. Rimer un conte.

⇒RIMER, verbe
A. — Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une pers.] Trouver des rimes; faire des vers, faire de la poésie. Alors, ne pouvant pas rimer, ne voulant pas sortir, il se mit à écrire à Jacques (A. DAUDET, Pt Chose, 1868, p. 265):
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;
Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon cœur!
RIMBAUD, Poés., 1871, p. 81.
2. [Le suj. désigne une chose]
a) Rimer avec qqc. Constituer une rime, être homophone. Vous entendez-vous aux vers? (...) Feriez-vous rimer trône et couronne? L'oreille (...) n'est pas très satisfaite de cette rime (A. FRANCE, Servien, 1882, p. 163).
b) Au fig. Rimer à/avec qqc. Aller de pair avec quelque chose, correspondre à quelque chose. Telle n'est pas l'opinion de M. Huyghe, pour qui « complet » rime avec « normal » (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 108).
Familier
À quoi ça rime? Qu'est-ce que cela veut dire? Qu'est-ce que cela signifie? À quoi ça rime tout ça, hein? Je te le demande? (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 561).
Ça, cela ne rime à rien. Ça n'a pas de sens; cela ne veut rien dire. Mais non, je t'en prie; ça ne rime à rien (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 380).
B. — Empl. trans. Mettre en vers, versifier. Rimer une chanson, une histoire. Molière avait dressé le plan, Quinault rimé les couplets, Lulli composé la musique (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 450).
Prononc. et Orth.:[], (il) rime []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Intrans. a) 1119 « faire des vers » (PHILIPPE DE THAON, Comput, éd. I. Short, 113); b) 1530 « constituer une rime » (PALSGR., p. 691); c) 1780 ne rimer à rien (GENLIS, La Lingère, I, 7 ds Théâtre à l'usage des jeunes pers, Paris, M. Lambert et F. J. Baudouin, t. 4, p. 189); 2. trans. a) ca 1170 « mettre en vers » (MARIE DE FRANCE, Lais, éd. J. Rychner, Prol., 41); b) 1269-78 part. passé « pourvu de rimes » (JEAN DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 7073). Dér. de rime; dés. -er. Fréq. abs. littér.:254. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 342, b) 332; XXe s.: a) 367, b) 386.
DÉR. Rimaille, subst. fém. Mauvais vers, vers de mirliton. Le soir, quand il était couché, sa mère portait en cachette ces rimailles à M. Mazerelles (MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 7). [], [-maj]. 1re attest. 1518-19 (MAROT, Petite Epistre au Roy, 7 ds Les Epitres, éd. C. A. Mayer, p. 97); de rimer, suff. -aille.
BBG. — DOPPAGNE (A.). Enquêtes et rech. collectives. Les Dial. belgo-rom. 1947, t. 6, n ° 1, pp. 162-163 (s.v. rimaille).

1. rimer [ʀime] v.
ÉTYM. V. 1120, « écrire en vers »; de rime, ou du francique rîman. → Rime.
———
I V. intr.
1 Faire des vers, écrire de la poésie (→ Élastique, cit. 6; prose, cit. 7). || L'art dangereux de rimer et d'écrire (cit. 58, Boileau).
(Mil. XVIIe). Péj. Fabriquer des vers, sans talent ni inspiration. Rimailler, versifier (→ Ravauder, cit. 4).
1 Le dégoût de la rime provient avant toute chose de l'abus qui en a été fait dans un but de pure gymnastique, si bien que, dans l'esprit de la plupart des hommes, rimer, qui fut le propre des poètes, est devenu par un étrange coup du sort, le contraire de la poésie.
Aragon, le Crève-cœur, p. 73.
2 Vieilli. Trouver des rimes (plus ou moins bonnes). Cf. La Fontaine, Voltaire, in Littré. || Rimer avec adresse.Absolt. || Ce poète ne rime pas, sa poésie n'est pas rimée.
2 On voit encore, par ces quatre vers, qu'il est possible de ne pas rimer en poésie; — c'est ce que savent les Allemands, qui, dans certaines pièces, emploient seulement les longues et les brèves, à la manière antique.
Nerval, les Filles du feu, « Angélique », VII.
3 (1530). Constituer une rime, avoir des finales identiques. || Mots qui riment richement, ne riment pas. || Rimer pour l'œil, pour les yeux. Rime (1.).Rimer à… (vx), avec un mot.Faire rimer un mot avec un autre.
3 Le maître Théodore de Banville a écrit un traité de prosodie française, que devraient savoir par cœur tous ceux qui ont la prétention de faire rimer deux mots ensemble.
Maupassant, la Vie errante, La Sicile.
3.1 Le nain hoquetait en chantonnant un couplet patriotique au cours duquel frusques rimait avec Étrusques et France avec fer de lance.
R. Queneau, le Chiendent, p. 403-404.
Fig. et vieilli. Ces deux choses ne riment pas ensemble, ne s'accordent pas. — ☑ Cela ne rime à rien : cela n'a aucun sens. Correspondre, signifier (→ Apparition, cit. 4; 2. froid, cit. 8). || À quoi cela rime-t-il ?
4 — Voyons, Pierre, à quoi cela rime-t-il de se mettre dans un état pareil, tu n'es pourtant pas un enfant.
Maupassant, Pierre et Jean, I.
4.1 L'amiral Larima. La rime à quoi ? La rime à rien.
J. Prévert, Paroles, « L'amiral ».
———
II V. tr.
1 (V. 1165). Mettre en vers. || Rimer un conte, une historiette (→ Exercice, cit. 15), une chanson.
5 Reste avec tes pareils ! Les gens de ta séquelle
Ne sont bons qu'à rimer une ode, telle quelle !
Th. de Banville, Odes funambulesques, Évohé, « Une vieille lune ».
2 (Mil. XVIe). Vx. Assembler (des rimes). || « Rimer des mots » (Boileau).
——————
rimé, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1360).
Pourvu de rimes. || Poésie rimée ou assonancée. || Vers rimés avec soin (→ 2. Lai, cit.). Péj. || Enfilade de phrases rimées (→ Mollasse, cit. 2). Bouts-rimés.
DÉR. Rimailler, rimeur.
COMP. Monorime.
————————
2. rimer [ʀime] v. intr.
ÉTYM. XVIe, Rabelais; provençal rumar « se ratatiner », rimar « gercer », du lat. rima « fente, crevasse ».
Régional. S'attacher au fond de la casserole en brûlant. Cramer (cf. Sainéan, la Langue de Rabelais, t. II, p. 165).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rimer — Rimer. v. n. Se dit des mots dont les dernieres syllabes ont la mesme terminaison, & forment le mesme son. Ces deux mots riment bien, ces deux autres ne riment pas, riment mal. On dit aussi, qu Un poëte rime bien, pour dire, qu Il n employe que… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Rimer — Rim er, n. A rhymer; a versifier. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Rimer — Rim er, n. A tool for shaping the rimes of a ladder. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • rimer — Rimer, ou bien Rymer, actiu. acut. Est escrire en rime, et parler en Ryme. Marot en une epistre au Roy. En m esbatant je fay rondeaux en ryme, Et en rymant bien souvent je m enrime, et, Et m est advis que si je ne rimois …   Thresor de la langue françoyse

  • rimer — (ri mé) v. n. 1°   Avoir le même son, en parlant des finales des mots. •   C est par l honneur qu il [Trissotin] a de rimer à latin, Qu il a sur son rival emporté l avantage, MOL. Femm. sav. IV, 7. •   Quand je veux d un galant dépeindre la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RIMER — v. n. Il se dit Des mots dont les dernières syllabes ont la même terminaison, et forment le même son. Ces deux mots riment bien, ces deux autres ne riment pas, riment mal. Ce mot ne rime pas avec celui là. On ne peut faire rimer Poëte avec Boîte …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RIMER — v. intr. Il se dit des Mots dont les dernières syllabes ont la même terminaison et forment le même son. Ces deux mots riment bien, ces deux autres ne riment pas, riment mal. Ce mot ne rime pas avec celui là. On ne peut faire rimer Paume avec… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Rimer — Johannes Rimer († 16. Mai 1427) war Priester in der niederschlesischen Stadt Lauban (polnisch: Luban). Als die Hussiten im Mai 1427 den Ort eroberten, wurde er zusammen mit etwa 1000 weiteren Katholiken ermordet. Unter den anderen Opfern dieses… …   Deutsch Wikipedia

  • Rimer — Recorded as Rimer, Rimmer, Rymer, Rymmer, and possibly others, this was an occupational name for a poet or minstrel. It derives from the early French word rimour or rymour meaning one who wrote rymes. The word was probably introduced into the… …   Surnames reference

  • rimer — rim·er (rīʹmər) n. Variant of rhymer. * * * …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.